Invitation à la cooserie…

… pour mieux percevoir ce qui nous traverse, le futur émergent

Les changements profonds à l’œuvre, tant sur le plan sociétal que sur nos environnements de vie, ont, sans aucun doute, des effets notoires sur nos quotidiens respectifs. Ils alimentent nos questionnements, nos perceptions, nos réflexions, nos choix.
Pour certains, ces changements sont le synonyme d’incohérence, de mal-être voire de burn-out.

Et si tous ces chambardements nous donnaient l’occasion d’emprunter d’autres voies, d’envisager un autre voyage ?
Partout sur la planète, nombre de personnes témoignent que nos sociétés humaines marchent sur la tête, que le système est à bout de souffle voire occupé à s’effondrer. Outre un phénomène de destruction sur le plan écologique et social, force est de constater une crise profonde de sens.

Une photo rapide de la situation, nous donne une idée des défis à relever, des changements nécessaires à opérer tant collectifs que personnels.
Par exemple, nous consommons plus de ressources que ce que la Terre est capable de régénérer. A l’échelle de l’humanité, il faudrait 1,5 planète, à l’échelle du train de vie moyen européen, il en faudrait 3.
Sur le plan social, songez que 8 personnes possèdent autant que la moitié de la population mondiale. Les inégalités vont croissantes avec à la clé de plus en plus de tension, de disparités, de conflits. Nombre d’humains ont de plus en plus de difficultés à se situer, déconnectés de leurs environnements de vie, de la Nature, de Leur nature. Cette déconnexion de soi est synonyme de mal-être, de fatigue, de burn-out voire de suicide. En 2010, il a été recensé plus de suicides que de victimes cumulées des guerres, des meurtres, des catastrophes, c’est dire…

Pourquoi créons nous de tels résultats alors qu’aucun humain se lève le matin en se réjouissant de tout casser, de détruire la nature, de créer des conflits pour le fun, de faire souffrir, de tuer d’autres humains ou encore de se faire du mal, de passer sa journée à se rendre malheureux. Et pourtant c’est ce que nous faisons collectivement. Alors que ce ne sont pas là nos intentions.

Il serait utile que nous approfondissions, ensemble, quels facteurs nous amènent à faire ces choses qui sont tellement à l’opposé de nos intentions réelles.
Ce serait l’occasion de vivre une expérience d’intelligence Collective afin d’entamer un processus de transformation, de percevoir la dynamique évolutive.
Se donner rendez-vous pour se découvrir, se connaître. Puis pour causer, voire co-oser. Oser, ensemble, rechercher plus de cohérence et ouvrir de nouveaux possibles.
A notre disposition, des témoignages, des outils éprouvés par d’autres et nous avons, probablement, à oeuvrer à nos propres créations.

N’est-il pas enthousiasment, d’imaginer çà et là, des groupes d’humains se réunissant afin de percevoir ce qui souhaite advenir et de l’aider à naître? Immaginez-les percevoir, prototyper, incarner, déployer de nouveaux possibles, de nouvelles issues pour leurs terrritoires respectifs.
Ne pas douter un instant des liens, parfois déjà existants, parfois nouveaux, qui se renforceraient entre les uns, les unes et les autres, entre les groupes, les différentes vallées et plus loin aussi.

D’où que nous soyons sur cette Terre, unique lieu de vie, de survie, nos quotidiens à toutes et tous, bien que certainement différents, sont intimement liés.

Terriens, terriennes, qui que nous soyons, d’où que nous soyons, quelle que soit notre activité professionnelle, que nous ayons un projet ou pas, que nous soyons grand ou petit, en questionnement, en burn-out, que nous ayons du leadership ou pas, comme d’autres, rejoignons ou créons un groupe local.
Réenchantons, revivifions nos actions individuelles et collectives, coosons de nouvelles voies.

En attendant de se (re)voir, converser, de cooser, que la joie et la beauté vous accompagne.

vincent d.
vincent@terro.fr
+33 6 48 66 62 74
www.terro.fr


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.